Pourquoi se rendre à VADconext ?

Dans cet article, je peux vous dire que le salon #VADconext est incontournable aujourd’hui pour tous les professionnels du digital, je peux vous annoncer que 200 exposants et plus de 250 experts sont attendus, je peux mettre en avant les thématiques principales abordées cette année : data, commerce, logistique et relation client mais tout ça, vous le savez sûrement déjà…

Je peux vous parler de la centaine de conférences et des 60 workshops prévus pendant ces trois jours, je peux vous conseiller d’assister à certaines conférences social media proposées par des experts du secteur, comme Olivier Gonzalez, le DG de Twitter France mais vous avez certainement déjà consulté le programme sur le site du salon.

Je peux aussi vous proposer une rencontre pour échanger à propos de 909c et vous dire qu’il m’est possible de réaliser une démonstration personnalisée de sa Solution de Social Media Management Over-Graph, mais vous le savez peut être déjà si vous lisez régulièrement notre blog, nous en avons parlé hier.

Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, je vous rappelle de suivre les conversations autour du salon via le hashtag #vadconext. Un livetweet des temps forts et des principales conférences sera bien évidemment réalisé par les personnes présentes au Grand Palais et par moi même.

Je vais, dans cet article, mettre l’accent sur une innovation présente sur le salon, imaginée par OnPrendUnCafe : le Cafe Conext. L’année dernière, c’était ça :

En 2014, le Cafe Conext évolue avec un concept encore plus abouti. Lionel Damm précise : « Pour avoir ton café avec cette machine, tu tweetes avec #cafeconext et #court ou #long ». Attention, il faut être physiquement présent sur le salon pour participer. »

En plus, des cadeaux sont offerts à ceux qui tweetent : une trentaine de boites de café et mon livre sur Twitter. Trois exemplaires seront donnés à des personnes présentes sur le salon via le CafeConext. Alors, si Twitter vous intéresse, n’oubliez pas de tweeter avec les hashtags de l’opération, bonne chance à tous !

Si vous gagnez mon livre, je peux vous le dédicacer. Tweetez une photo du livre avec son hashtag #ToutSavoirSurTwitter et mentionnez-moi (@camj59) pour organiser une petite rencontre. A tout de suite.

L’agence 909c était présente lors de la #TwitterAcademy ce matin, un événement organisé par Twitter pour les acteurs business, marques et prestataires. Deux experts de l’équipe Ads de l’agence ont fait le déplacement pour assister à cette conférence et réaliser un livetweet. Mickael et Maxime parlent du programme de la matinée :

« La première partie était focalisée sur les chiffres de l’utilisation de Twitter dans le monde et en France. Ensuite, Twitter a réalisé une présentation des nouvelles opportunités d’achats media. Pour terminer par plusieurs études de cas, très orientées sur le contenu, autour d’événements et des réactions des marques. »

10 chiffres clés annoncés ce matin par Twitter :

  • 45% des tweetos ont un diplôme universitaire, ils sont plus instruits que la moyenne
  • 1 tweeto sur 5 est décideur en entreprise, soit +120% par rapport à la population française
  • L’engagement sur les publicités Twitter est compris entre 3 et 4%
  • 47% des tweetos suivent des marques, 2/5 sont clients, 3/5 n’ont jamais arrêté de suivre une marque
  • 50% des tweetos suivent des marques pour des infos sur les nouveaux produits, 49% parce qu’ils aiment la marque.
  • 45% des tweetos arrêtent de suivre des marques parce que leurs tweets ne sont pas intéressants
  • 32% ont tweeté leur expérience d’achat positive d’une marque
  • 52% ont lu des tweets sur des recommandations concernant des marques
  • 69% tweetent sur une publicité qu’ils ont vu sur le réseau
  • 76% cherchent une marque ou un produit vu dans une publicité

Des chiffres qui ont été livetweetés sur le compte @909c ce matin, je vous invite à suivre ce compte en cliquant sur le bouton ci-dessous.


Et pour participer aux conversations sur Twitter, partagez cet article en cliquant sur cet autre bouton.


Vous le savez sûrement déjà si vous me suivez sur les réseaux, j’ai écrit un livre sur Twitter, publié aux Editions Kawa, dans lequel sont présentés des campagnes innovantes mais aussi des témoignages d’experts. Reconnus par leurs pairs, ces experts sont des professionnels qui travaillent pour une marque, en agence ou en indépendant depuis plusieurs années. Ils parlent, dans mon livre, de leur stratégie de communication sur Twitter, présentent les objectifs associés au réseau et expliquent les opérations organisées par leur marque qui ont bien marché.

Aujourd’hui, je diffuse une partie du témoignage de Patrice Hillaire, Responsable Médias Sociaux de La Poste.

La stratégie de communication de La Poste sur Twitter

Nous sommes présents sur les médias sociaux depuis 2009, à la fois pour accompagner notre modernisation – en les utilisant comme des médias d’influence pour démontrer nos avancées et transformations – mais aussi pour contribuer à l’amélioration de notre relation clients, un point clé de notre stratégie d’entreprise. Sur le fond comme sur la forme, nous avons choisi de jouer la carte de la plus-value relationnelle et de l’engagement, en apportant des solutions et en nous montrant disponibles.

Pour comprendre ce nouvel environnement et nous positionner de manière ciblée, nous avons commencé par écouter nos publics, en mettant en place un dispositif de veille – que nous utilisons toujours pour piloter notre activité sur les médias sociaux.

Twitter est un canal que nous avons privilégié d’entrée de jeu : il nous a permis de nous rapprocher de nos clients e-shoppers et e-commerçants. A cette époque, pas facile d’expliquer la nécessité de prendre position sur Twitter, qui ne pesait pas grand-chose face à Facebook. Nous avons réussi à convaincre de la pertinence de nos recommandations, qui étaient en ligne avec notre stratégie d’entreprise, au service de ses objectifs.

Et puis l’une des principales clés de succès a ensuite été le soutien et la confiance que nous a accordés le top management. Cet engagement sur les médias sociaux a été accompagné en interne par une campagne de communication, pour partager le sens de nos actions mais aussi mener des actions de sensibilisation pour informer, former, rassurer les postiers sur ces nouveaux médias.

Une présence coordonnée sur les médias sociaux

Pour être efficace, le Groupe La Poste est présent de façon coordonnée sur les médias sociaux. Nos activités sont encadrées par une charte, qui pose notre stratégie et ses leviers tactiques. Notre présence est pilotée et animée par la Direction du numérique, avec une équipe d’experts (social media manager, community manager) qui s’appuie au quotidien sur un réseau de contacts qualifiés dans chacun des métiers de l’entreprise (courrier, colis …). La communauté de contributeurs internes est réunie 4 fois par an au sein d’un comité des médias sociaux, qui permet d’échanger sur les projets et leurs résultats, de réactualiser et d’enrichir la stratégie de présence sur ces médias, de sensibiliser chacun sur les grandes évolutions à la fois en terme d’usages et de nouveautés mises en place par les plateformes sociales (Facebook, Twitter …). Cette équipe de la Direction du numérique est au service de tous les métiers et toutes les entités de l’entreprise.

Les médias sociaux et notamment Twitter sont intégrés dans notre stratégie multicanal. Ils doivent concourir à l’atteinte des objectifs de communication et de développement de business de La Poste. La relation clients sur les médias sociaux, par exemple, n’est pas traitée à part des processus traditionnels de l’entreprise. Nous avons donné l’impulsion de départ, mais nous travaillons à présent étroitement avec une équipe de conseillers clients qui prennent la main sur les flux Twitter ou Facebook. Il s’agit de faire jouer à plein les effets d’intercanalité pour nos clients, peu importe le canal qu’ils aient choisi pour entrer en relation avec La Poste.

Les objectifs liés à Twitter

Pour revenir à Twitter, ce média social a bien évolué depuis 4 ans, en s’ouvrant à d’autres publics. C’est aujourd’hui une plateforme qui nous permet d’adresser tous nos clients et sur laquelle nous déployons une stratégie plus diversifiée, plus segmentée. Nous y travaillons notre image d’entreprise avec un compte corporate, la communication sur nos offres et notre SAV, notre marque employeur et la diffusion de nos offres d’emploi. Twitter nous permet également d’accéder plus facilement à des feedbacks clients, pour les « traiter », évidemment, mais aussi pour les analyser avec les directions marketing qui portent nos offres. C’est, enfin, un environnement agile qui facilite les échanges autour des expérimentations que nous lançons (innovations, nouveaux services…).

Twitter est un média de l’immédiateté, qui demande un engagement fort de la marque au quotidien et sur le long terme. Les médias sociaux ont fait bouger pas mal de choses dans nos organisations. Ils ont contribué à installer de la transversalité dans nos organisations. Pour être efficace, nous avons dû mettre en place des process plus réactifs, qui sollicitent des experts en direct dans des logiques plus horizontales. Nous avons consacré beaucoup de temps à la formation et à l’information, mais une fois les enjeux posés, la mécanique s’est mise en place facilement. C’est souvent compliqué d’installer ce type de process dans de grandes entreprises, mais c’est toujours plus simple à déployer dans celles qui ont fait de la satisfaction client leur priorité. Et puis les résultats, rapidement au rendez-vous, nous ont permis d’entretenir l’adhésion en interne…

Achetez le livre et bénéficiez d’une réduction

Pour découvrir la suite des propos de Patrice et tous les autres témoignages, je vous suggère simplement d’acheter le livre « Tout savoir sur… Twitter – C’est bon pour le business !« . Vous pouvez, si vous le souhaitez, bénéficier d’une petite réduction en laissant simplement un commentaire ci-dessous. Un code promo utilisable sur le site des Editions Kawa sera envoyé aux personnes intéressées.

Suivez les discussions autour du livre sur Twitter avec le hashtag #ToutSavoirSurTwitter.

L’engagement, ou taux d’engagement, est un indicateur destiné à mesurer la propension des fans d’une marque à interagir avec celle-ci. Il est donc utilisé pour désigner les actions, sociales ou non, réalisées par une audience en réaction à la lecture des contenus diffusés.

Intéressons-nous ici aux deux principaux réseaux sociaux. Sur Facebook, l’engagement comprend les like, les commentaires et les partages des publications. Sur Twitter, l’engagement correspond aux actions sur un tweet, c’est à dire les retweets et les favoris.

Notez qu’il existe un grand nombre d’indicateurs « sociaux », je vous invite à découvrir cet article qui fait le point sur ce que mesure réellement les réseaux sociaux derrière les notions de « Portée », « Engagement » et « Clic ».

Un outil pour les Community Managers

Mesurer l’engagement sur Facebook et Twitter constitue un véritable enjeu stratégique pour une marque, cette mesure passe habituellement par trois grandes étapes : collectes des données, analyse et reporting. Parce que l’engagement doit sans arrêt chercher à être amélioré, les Community Managers ont intérêt à trouver des solutions. Il existe un outil pour prévoir cet engagement. Son nom : Over-Graph ! C’est un SMMS, une Solution de Social Media Management, qui aide les Community Manager à gagner du temps dans leur gestion des réseaux sociaux.

La prévision de l’engagement

Choisir les dates et heures de publication des contenus sur les réseaux sociaux est une mission délicate pour les Community Managers. La team Over-Graph travaille depuis plusieurs mois pour les aider à choisir les bons moments, ceux qui vont augmenter l’engagement de leurs contenus. Cet engagement est prévu en fonction de plusieurs critères, par exemple, pour Facebook :

  • Le nombre de fans de votre communauté
  • L’heure et le jour du post
  • Le format du post
  • Les scores d’engagement sur vos posts précédents
  • Les scores d’engagement sur les posts de toutes les autres pages

Ces Data Scientist Over-Graph ont ainsi imaginé un score dédié à la prévision de l’engagement. Celui-ci varie en fonction du type et de la nature des contenus. Plus le score est fort, plus la publication génère de l’engagement.

Prévoir sur quels réseaux sociaux ?

Facebook et aujourd’hui Twitter ! En juillet, il était déjà possible de prévoir l’engagement sur les pages Facebook. Les Community Managers ont apprécié cette fonctionnalité, c’est pourquoi Over-Graph l’a développé pour Twitter.

 

Pour tester, connectez-vous avec votre compte Facebook sur www.over-graph.com et commencez à publier des contenus sur vos réseaux.

Pinterest est un réseau qui me plaît beaucoup, il me permet de sauvegarder des documents visuels sur des thématiques Social Media, principalement des infographies. J’ai d’ailleurs créé un tableau par réseau social, Facebook, Twitter, Pinterest… si vous vous intéressez à ces thématiques, allez donc vous abonner à mon compte : pinterest.com/camillejourdain.

Pour en savoir plus sur Pinterest et son utilisation par les marques, j’ai posé quelques questions à Stéphanie Tramicheck, Country Manager France chez Pinterest. Elle a très gentiment accepté de me répondre…

  • Stéphanie, vous êtes chez Pinterest depuis 1 an désormais ! Pouvez-vous présenter votre rôle et parler de l’organisation de l’équipe que vous avez mise en place chez Pinterest France ?

Je travaille effectivement chez Pinterest France depuis août 2013, une arrivée officialisée en septembre.

Le bureau Français se focalise sur la croissance de l’audience du réseau en France à travers trois leviers principaux. Le premier : la communauté, animer une communauté forte pour toucher des audiences cibles. Le deuxième : les relations presse avec une partie LifeStyle et une autre orientée Tech. Le dernier levier : les marques avec la mise en place d’opérations “business” sur le réseau.

  • Est-ce que le profil des utilisateurs Pinterest (sexe, âge, …) a changé ces derniers mois ?

Vous le savez, les femmes sont bien représentées sur Pinterest. En France, nous avons démarré par une base féminine mais la croissance de l’homme est beaucoup plus rapide. Comme Pinterest permet de passer à l’action sur de nombreux centres d’intérêt, les hommes sont également ciblés puisqu’ils ont, eux aussi, des centres d’intérêt. On trouve des graphistes ou des architectes, des métiers correspondant à des milieux plus masculins. La vision est biaisée, il y a beaucoup d’hommes sur Pinterest ! Nous essayons de devenir de plus en plus neutre avec des objectifs forts sur l’homme pour augmenter le taux d’utilisation masculin.

  • Quels types de marques sont actives sur Pinterest et quelles évolutions voyez-vous dans leur utilisation ?

Décoration, mode, luxe, food, médias sont des secteurs qui marchent bien sur Pinterest. Mais revenons sur un chiffre important : 98% de notre contenu n’est pas “user-generated”, ce n’est pas de l’envoie de photos. Les internautes trouvent des informations utiles sur le web pour leurs centres d’intérêt et décident de les sauvegarder sur Pinterest. En cuisine par exemple, les femmes et les hommes conservent des recettes sur Pinterest pour ensuite les utiliser. Le réseau est un véritable carnet de cuisine digital des internautes français. Plus globalement, les marques bénéficient de cette action de sauvegarde de l’information et elles ont intérêt à stimuler leur audience pour avoir un maximum d’épingles créées à partir des boutons Pin It. Un écosystème va se créer à partir des contenus trouvés par les internautes et épinglés sur Pinterest. La finalité de cet écosystème : créer du trafic sur le site web de la marque via Pinterest.

  • Vous accompagnez des marques dans la gestion de leur présence sur Pinterest, pouvez-vous nous parler spécifiquement d’un best practice sur lequel vous avez travaillé ?

Nous accompagnons quelques marques cibles et nous souhaitons accélérer cette activité, d’ailleurs nous cherchons un Partner Manager France pour nous aider à travailler avec plus de marques. Aujourd’hui, nous leurs envoyons une newsletter orientée Business pour les aider mais la plupart maîtrisent naturellement le fonctionnement du réseau. Elles s’inspirent des bonnes pratiques américaines, comprennent l’intérêt qu’elles peuvent en tirer et mettent en place leurs propres actions. Celles qui démarrent des campagnes pertinentes sont parfois conseillées par Pinterest et accompagnées de façon très ponctuelle. Mais il y a peu d’élus pour l’instant… Nous travaillons par exemple avec Vogue et le groupe Condé Nast qui bénéficient vraiment du trafic provenant de Pinterest. En effet, à partir de décembre 2013, en seulement six mois, son trafic en provenance de Pinterest a augmenté de 75 %. Vogue a été un des premiers à comprendre notre fonctionnement.

Vogue a également intégré très rapidement le bouton Pin It sur son site et a réussi à créer cette boucle vertueuse de création de trafic via le réseau. Pinterest a une nature commerciale évidente pour beaucoup de marques, mais aussi les médias comme Vogue. Cela vient simplement du fait que le contenu sauvegardé sur Pinterest contient un lien utile et qualifié pour l’épingleur.

  • Vous organisez régulièrement des événements pour vos utilisateurs, à Paris et bientôt dans toute la France, pour quelles raisons ?

Nous organisons régulièrement des événements pour animer notre communauté sur différentes thématiques. La nouveauté à ce sujet, c’est la mise en place d’un programme Ambassadeurs qui nous permet de “prêcher la bonne parole” de Pinterest et d’animer nos utilisateurs actifs en dehors de Paris. Notre équipe est basée à Paris, nous ne pouvons pas aller très facilement en région et couvrir toute la France, ce programme nous permet donc de parler avec tous nos utilisateurs. Lyon en juillet, Strasbourg en août et le prochain se déroulera à Nantes… Des événements seront organisés dans d’autres villes et Lille est une ville importante pour nous.

Retour sur l’événement Pinbassadeurs organisé à Strasbourg sur le blog de Pinterest France.

  • Enfin, craignez-vous la concurrence des nouveaux réseaux sociaux basés sur le partage de visuels?

Nous avons de nombreux concurrents, toujours sur des niches, ils ne sont pas aussi variés et ne couvrent pas autant de centres d’intérêt que Pinterest. Ils n’ont pas notre capacité technique et ne proposent pas de fonctionnalités de découverte. Le but premier de Pinterest et de son fondateur, Ben Silbermann, est de faciliter la découverte.

Aujourd’hui, de plus en plus, les personnes recherchent quelque chose, sans savoir que ça existe ! Dans le cycle de décision, elles ne savent pas forcément toujours ce qu’elles recherchent, le désir n’est pas toujours exprimé. Avec Google, il est possible de rechercher des produits mais si une personne doit prendre une décision par rapport à un voyage par exemple, les méthodes liées au Search ne fonctionnent pas. Cette nouvelle forme de recherche n’existait pas sur le web, Pinterest a cette capacité et cherche à améliorer constamment ses fonctionnalités de découverte.

Merci Stéphanie, à très vite sur les réseaux ou IRL lors d’un prochain événement Pinterest organisé à Lille !

A lire également : Les nouvelles fonctionnalités Pinterest présentées par Stéphanie sur le blog d’Over-Graph.