Community Manager, qui es-tu ? Interview #6

Manager des communautés d’étudiants, c’est le job de Julien. Il travaille avec Thierry Debarnot chez Media-Etudiant, la première communauté étudiante en France. Souvenez-vous, j’en parlais ici et depuis la publication de cet article, la communauté a continué de grandir !

Julien nous explique comment il est devenu Community Manager, parle de son job, ses missions et donne de très bons conseils à tous ceux qui désirent exercer cette activité ! Place à l’interview…

- Qui es-tu ?

Julien Peyronnel, fraichement diplômé de l’ESC Toulouse, Community Manager pour MediaEtudiant et grand passionné du web.

MediaEtudiant est le premier pure player francophone de l’éducation sur internet. Nous éditons de nombreux portails d’information et d’échange pour les étudiants et les scolaires. Nos sites s’adressent aux jeunes du primaire jusqu’au premier emploi en passant par le collège, le lycée et les études supérieures.

Au total, on rassemble une communauté de plus d’un million de membres, et un trafic mensuel d’environ 2 million de visites.

Je m’occupe actuellement de 4 sites destinés aux étudiants du supérieur :

  • Marketing-Etudiant.fr, la première communauté d’étudiants en commerce et marketing.
  • Finance-Etudiant.fr, communauté d’étudiants en finance, comptabilité, gestion etc.
  • Doc-Etudiant.fr, bibliothèque collaborative de travaux étudiants.
  • Et le tout récemment sorti, Ingenieurs.fr qui, comme son nom l’indique, s’adresse aux futurs ingénieurs.

- Pourquoi et comment es tu devenu Community Manager ?

Depuis toujours, j’ai apprécié être « organisateur ». Au lycée, j’ai toujours été celui qui organisait les soirées et les sorties. Etudiant, j’ai rejoins l’équipe du foyer associatif de l’école de commerce. J’étais très fier lorsque les gens me remerciaient parce qu’ils avaient passé un bon moment.

J’ai trouvé dans le métier de CM la déclinaison web de cela. Travailler dans l’ombre pour que les membres d’une communauté apprécient leur expérience.

Avec le recul, je dirais que je suis devenu Community Manager lorsque j’avais 15 ou 16ans et que j’étais devenu modérateur sur un forum de jeux vidéo et un chan IRC. Cela n’avait bien sûr rien à voir avec le métier que je fais aujourd’hui.

Je le suis réellement devenu quand j’ai commencé chez MediaEtudiant il y a bientôt un an de cela.

- Quelles sont tes missions en tant que CM ? Quel est ton rôle ? Quelle est ta journée type ? Comment t’organises tu ?

CM n’est en fait qu’une partie de mon travail. En plus du Community Management, je travaille beaucoup sur l’analytics des sites, la ligne éditoriale, nouer des partenariats, le trafic management, la SEO etc.

Mon rôle est de faire progresser mes sites. Cela passe bien sûr par une communauté forte et soudée. Par rapport à celle-ci, mon rôle est de l’écouter, savoir ce qui l’intéresse, mais également proposer des choses qu’elle appréciera, de mettre en place des stratégies pour augmenter mon trafic.

Journée type ? Qu’est ce que c’est ? Plaisanterie à part, je n’ai pas de journée type. Il y a cependant des tendances, à savoir, le matin je fais le tour des communiqués de presses, des nouvelles et des statistiques de mes sites en prenant mon café. Suite à ça, je travaille sur la ligne éditoriale du site, propose des contenus etc. Puis je passe une grande partie du temps restant à gérer des partenariats, organiser des opérations spéciales etc.

Tout cela en gardant bien sûr un œil sur Twitter, les pages Facebook, les mails, le téléphone etc.

- Quelles difficultés rencontres-tu ?

Il y a principalement deux difficultés que je rencontre régulièrement.

La première difficulté est celle de décrocher de mon travail, de couper l’ordinateur, de ne pas avoir la tentation de regarder comment vont mes communautés jours et nuits. Mais je suppose que c’est inhérent à la condition de community manager. Néanmoins, cela veut dire que j’y prends du plaisir !

La seconde difficulté, plus spécifique, est de réussir à « naviguer » entre des communautés très hétérogènes. Je ne m’adresse pas à des étudiants en Marketing comme je le ferais avec des Ingénieurs par exemple.. Ils n’ont pas les mêmes attentes ou valeurs. Ils ne réagissent pas du tout de la même manière aux différents stimuli, il faut formuler ses phrases différemment etc.

- Quels outils utilises-tu dans le cadre de tes missions ?

J’utilise un grand nombre d’outils dont certains « maisons », mais généralement je me sers de clients pour les réseaux sociaux comme Seesmic ou Tweetdeck pour tout ce qui concerne la diffusion de contenu.

Pour la partie analyse, je me sers de Google Analytics (très précieux pour un community manager) et d’outils pour m’aider dans la SEO.

Enfin, j’ai une panoplie d’outils pour ma veille et d’autres analyses.

Mais ce n’est pas l’outil le plus important, c’est ce qu’on en retire et ce qu’on fait de l’information obtenue.

- Comment vois-tu l’avenir du job ? Comment va-t-il évoluer ?

Le métier de community manager a, selon moi, un avenir certain. Cependant, Je vois 3 axes d’évolutions majeurs.

  • Le Community Manager n’existera plus. Plus sous la forme actuelle d’homme/femme à tout faire qui doit s’occuper du « front » (relation avec la communauté) et du back (remontées d’informations aux équipes par exemple), de la réputation, du service client etc. On devrait arriver à une segmentation plus fine du métier assez rapidement, avec des équipes en charge des relations avec la communauté avec des rôles déterminés pour une plus grande efficacité.
  • Le corolaire à cela est à mon avis une diminution du nombre de marques/entreprises qui mèneront des politiques de community management (une VRAIE politique, pas un stagiaire qui passe sa journée sur Facebook à F5 pour des updates en tenant un semblant de blog). Une fois que le social media ne sera plus une nouveauté hype qu’il faut avoir pour faire plus djeunz que la concurrence, les marques se rendront comptes qu’elles n’ont peut être pas besoin d’avoir un compte twitter qui sert de flux RSS, qu’une PME n’a finalement pas de retour sur l’investissement que représente un community manager etc.
  • Enfin, je pense qu’il y aura un écrémage des profils. Aujourd’hui, plusieurs personnes se prétendent CM sans avoir les compétences nécessaires, au prétexte de posséder un profil Twitter fourni ou de très nombreux amis sur Facebook. Les entreprises feront beaucoup plus attention aux compétences réelles des CM et à leurs réalisations.

Pour résumer, on s’orientera, selon moi, vers une professionnalisation du secteur et les entreprises accorderont une valeur plus importante au qualitatif et aux résultats.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui aimerait devenir Community Manager ?

« Practice makes Perfect ! »

Je suis amené à côtoyer de nombreux étudiants durant mes missions, et un certain nombre sont intéressés par ce métier. Lorsque je discute avec eux, je sens chez eux une passion et une motivation énorme, mais finalement, très peu sont passés à l’acte. Ils lisent énormément de blogs, sites et livres sur le sujet, me sortent de très nombreuses statistiques, des stratégies, ils débordent d’idées mais ça reste très « bullshit » et plein de lieux communs.

Il vaut mieux monter un blog, même avec une solution hébergée si on ne maitrise pas quelques aspects techniques, que de lire 15 articles/liste sur la manière de gagner des followers.

Il vaut mieux créer une page fan Facebook, sur n’importe quel sujet, que de se gaver d’infographies sur la croissance de tel ou tel obscur réseau social dont plus personne ne parlera dans 6 mois.

Je caricature, mais je suis passé par là.

Je sais très bien qu’il est difficile de se retrouver Community Manager d’une « vraie » communauté, mais, à une moindre échelle, il est tout à fait possible de s’exercer et d’ores et déjà de contribuer à des communautés. Devenez modérateur de forums, faites vous un tumblr, créez un blog, monitorez la réputation des entreprises dans lesquels vous aimeriez travailler… Débrouillez vous comme vous voulez mais passez à l’acte !

Le personal branding ne compte pas. Une communauté réussie se forme généralement autour de l’intangible (valeurs partagées, expériences communes, passions) plutôt qu’autour de personnes qu’on connait.

Sur un autre plan, la personne qui souhaite devenir Community Manager doit savoir ce qu’est concrètement cette fonction (c’est également valable pour les autres métiers)

Un Community Manager ce n’est pas quelqu’un qui envoie des messages avec des smileys, offre des cadeaux ou fait des #FF toute la journée. Un Community Manager doit savoir manipuler les statistiques, gérer un budget, obtenir des résultats. Il doit être hyper organisé, résistant à une pression qui vient des deux côtés (communauté exigeante, responsable hiérarchique également), étre rapide mais méticuleux, disponible tout en tenant un agenda chargé, avoir un esprit de synthèse et faire attention aux détails.

Si vous êtes capable de faire ce grand écart, foncez !

Si vous avez des questions supplémentaires ou que vous souhaitez simplement discuter, n’hésitez pas à me retrouver sur Twitter (@jpeyronnel) :)

Merci Julien pour cette interview, à bientôt sur les réseaux !

Camille Jourdain

Social Media Manager chez 909c, éditeur de la solution de Social Media Management Over-Graph. Formateur en Licence et Master. Auteur du livre "Tout savoir sur... Twitter - C'est bon pour le business !".

Articles recommandés

11 réponses à “Community Manager, qui es-tu ? Interview #6

  1. Esteve dit :

    Merci pour votre approche sur ce nouveau métier, votre recul est appréciable. Une question, en terme de rémunération, vous auriez une fourchette ?

  2. cam dit :

    @Esteve 35 à 40 K pour un Community Manager senior, mais tout dépend du contrat et des missions associées !

  3. Bonjour Esteve,
    Comme le dit Camille, un CM à partir de 2, 3 ans d’expérience peut atteindre cette fourchette de salaire.
    Après, tout dépend de la structure dans laquelle il évolue, sa mission, la taille de sa communauté etc.
    Pour faire le parallèle avec quelque chose de plus communs, on peut comparer à un chef de produit qui peut tout à fait s’occuper localement d’un produit avec un faible CA, dans une PME, comme ceux qui s’occupent de PGC au sein d’un grand groupe international.
    L’appellation est la même mais la mission pas du tout, et le salaire non plus ;)

  4. Esteve dit :

    @Cam et @Julien, merci pour les précisions.

    Au passage sur twitter en ce moment :

    @Khristof
    Khristof
    Annonce Job : Boite de production fiction cherche #communitymanager si intéressé #DM me ! Please RT

  5. [...] commentent Esteve dans Community Manager, qui es-tu ? Interview #6Julien Peyronnel dans Community Manager, qui es-tu ? Interview #6cam dans Community Manager, qui [...]

  6. Bonjour,

    Il y a une notion que l’on aborde très peu en Community Management, c’est la notion de rentabilité.
    Plus la structure pour laquelle vous travaillez est petite plus on vous demandera d’être rentable (ratio coût / CA généré).
    Il faut justifier chaque jour notre travail.
    Ici dans ton exemple on le mesure par le trafic mais dans d’autres entreprises on peut le mesurer par le nombre de lead par exemple

  7. Bonjour, Il y a une notion que l’on aborde très peu en Community Management, c’est la notion de rentabilité. Plus la structure pour laquelle vous travaillez est petite plus on vous demandera d’être rentable (ratio coût / CA généré). Il faut justifier chaque jour notre travail. Ici dans ton exemple on le mesure par le trafic mais dans d’autres entreprises on peut le mesurer par le nombre de lead par exemple

  8. Ina Franks dit :

    @Cam et @Julien, merci pour les précisions. Au passage sur twitter en ce moment : @Khristof Khristof Annonce Job : Boite de production fiction cherche #communitymanager si intéressé #DM me ! Please RT

  9. Keisha Carver dit :

    Bonjour, Il y a une notion que l’on aborde très peu en Community Management, c’est la notion de rentabilité. Plus la structure pour laquelle vous travaillez est petite plus on vous demandera d’être rentable (ratio coût / CA généré). Il faut justifier chaque jour notre travail. Ici dans ton exemple on le mesure par le trafic mais dans d’autres entreprises on peut le mesurer par le nombre de lead par exemple

  10. Alesson dit :

    et pour les jeunes diplômés, comment ça se présente le marche du travail ?

  11. Antoine dit :

    Merci pour cet article très intéressant, je commence à peine ma carrière de consultant IT, mais j’explore peu à peu le monde du web,des réseaux sociaux et la gestion d’un blog, et c’est une fonction qui pourrait m’attirer à l’avenir…

COMMENTAIRES