Sommes-nous tous influents ? Table ronde chez RP carrées

Vendredi se tenait une table ronde sur le marketing d’influence avec des influenceurs, des marques et des journalistes chez RP carrées, une agence lilloise spécialisée en Influence, Relations Médias, Relations Publics et gestion de crise. Plus de 50 invités, professionnels de la communication et entrepreneurs, ont assisté à cet événement animé par Benoît Renart, Consultant en Relations Médias chez RP carrées. J’ai eu la chance de pouvoir me rendre sur place, merci aux organisateurs et notamment à Benjamin Zehnder, Directeur Général RP carrées. Les échanges furent passionnants, c’est pourquoi je vous en parle sur mon blog.

Côté influenceurs, les invités étaient Florent Bertiaux de Made In Lille, Mathilde de Lille By Mat’, Aurélie Tirloy de Les cachotteries, des blogueurs qui ont d’ailleurs, comme moi, rejoint le hub de Now Coworking, mais aussi Alex Tran de Futalors sur Twitter et Instagram et la YouTubeuse Eloise Delhaye, des influenceurs que je ne connaissais pas mais qui se démarquent vraiment dans leur activité respective. Côté marques, il y avaient Tape à l’oeil représentée par Domitille Merlin, sa Responsable Social Business et La Redoute avec Anne Sophie Joly, sa Responsable Presse et Brand Content. Côté journaliste, Lucie Delorme de Vozer Lille et La Voix du Nord était également sur place pour échanger avec les différents protagonistes.

15 phrases clés prononcées lors de la table ronde

“Lorsqu’on gère un blog, il est essentiel de bien connaître sa communauté. J’ai l’impression que ma communauté me ressemble. Je me demande si ce que je fais peut me plaire et si oui, alors ça devrait plaire à ma communauté.” Mathilde de Lille By Mat.

“J’aime prendre du temps pour échanger avec mes abonnés. Ils s’identifient pleinement à ce que je publie sur Twitter et Instagram, à ce que je fais au quotidien. C’est une communauté engagée ! Je montre que je suis proche d’eux en répondant à chaque message.” Alex Tran de Futalors.

“Les journalistes ont une carte de presse et ont fait des études de journalisme. C’est la grande différence avec les influenceurs. Leurs missions sont également différentes. Les influenceurs sont personnifiés alors que les journalistes n’ont pas à se mettre en avant.” Lucie Delorme de Vozer et La Voix du Nord.

“On n’a pas besoin d’une carte de presse pour inspirer confiance. Un journaliste met une certaine distance dans ses textes. Ce n’est pas les mêmes contraintes, ce n’est pas le même métier. On raconte une expérience pour donner envie de découvrir.” Aurélie de Les Cachotteries.

“Les personnes qui suivent les blogueurs ont confiance en eux. Les blogueurs respectent leurs lecteurs en se tenant à leur ligne éditoriale, notamment vis à vis des partenariats avec les marques, pour ne pas perdre leur audience.” Mathilde de Lille By Mat.

“La clé pour se lancer, devenir visible et réussir à dépasser les 100 000 abonnés sur une plateforme, c’est de s’associer avec des influenceurs, de rejoindre des groupes d’influenceurs et de s’échanger des informations à partager. Nous créons le buzz en nous partageons les retweets.” Alex Tran de Futalors.

“Nous avons travaillé différemment avec les journalistes et les influenceurs lors de l’ouverture du premier point de vente de La Redoute à Lille, en prenant d’un côté un angle corporate et axé sur le phygital avec les journalistes et de l’autre, en invitant les influenceurs à la boutique pour parler de la collection et donner envie”. Anne Sophie Joly de La Redoute.

“Sur YouTube, il n’y a pas de recette miracle. Il faut choisir les bons sujets, être en phase avec les tendances, publier de courtes vidéos, être là au bon moment et poster la vidéo à la bonne heure.” Eloise Delhaye, YouTubeuse.

“Je préfère mettre en place des partenariats de longue durée pour lesquels je suis rémunéré à chaque post pendant toute une année. Je propose aussi mes services à des personnes qui débutent sur des thématiques qui me correspondent. Je les accompagne sur les réseaux et les aide à gagner en visibilité” Alex Tran de Futalors.

“Nous sommes dans l’authentique et la relation longue durée avec nos clients. Nous rencontrons régulièrement nos clients et nous les mettons en scène dans nos contenus.” Domitille Merlin, Responsable Social Business Tape à l’Oeil.

“Comment choisir les influenceurs pour les marques ? D’abord savoir ce qu’on en attend. Le nombre d’abonnés n’est pas le plus important, c’est le taux d’interactions. Il faut miser sur la capacité des influenceurs à créer des échanges.” Florent Bertiaux de Made In Lille.

“Le blog est le support préféré des influenceurs. Les marques l’aiment aussi parce qu’il est pérenne contrairement aux réseaux sociaux. Il ne risque pas de disparaître contrairement à ce qui est annoncé depuis 10 ans…” Aurélie de Les Cachotteries.

Instagram est aujourd’hui principalement utilisé par les influenceurs pour du live et de l’éphémère, c’est à dire pour des opérations physiques, des événements, des salons, notamment via le format Stories.” Mathilde de Lille By Mat.

“Faut-il aller sur tel ou tel réseau social ? Une seule question à se poser : à quoi ça sert ? Pourquoi aller sur Facebook ou sur une autre plateforme ? Un exemple récent avec le changement radical de l’accessibilité des Stories sur Snapchat. Les plateformes évoluent régulièrement et les cibles sont mouvantes.“ Florent Bertiaux de Made In Lille.

“Nous avons tous de l’influence. Elle a toujours existé mais les Réseaux Sociaux ont changé la donne. Nous sommes potentiellement tous des influenceurs, chacun à son échelle et avec des méthodes différentes.” Un point de vue partagé par l’ensemble des acteurs de la table ronde. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Le replay de la table ronde sur Periscope

COMMENTAIRES

commentaire(s)

Powered by Facebook Comments