Aujourd’hui, les internautes sont de plus en plus mobiles, ces « mobinautes » utilisent leur téléphone portable et leur smartphone quotidiennement, notamment pour envoyer des SMS. Intéressons-nous à ce moyen de communication toujours fortement utilisé par les particuliers pour échanger des messages personnels et par les entreprises pour envoyer des messages commerciaux… Je vais également vous présenter un nouvel outil qui permet aux entreprises d’envoyer des SMS, son nom : Primotexto.

Le SMS Marketing offre de nombreux avantages par rapport aux autres leviers emarketing, plus simple que l’emailing, plus rapide que le téléphone, plus efficace que le courrier papier… Il combine par exemple instantanéité et lisibilité que ne permettent pas les autres leviers.

Pourquoi utiliser le SMS Marketing ? 

Pour développer une image de marque : grâce aux campagnes SMS, une entreprise montre qu’elle innove mais aussi qu’elle est accessible et proche de ses clients.
Pour acquérir de nouveaux clients : l’envoi de promotions par SMS permet de générer du trafic en magasin et de séduire une clientèle nouvelle.
Pour générer des ventes via des promotions, des coupons de réduction et des nouvelles offres.
Pour fidéliser grâce à un programme spécifique par SMS (récompense pour la fidélité ou anniversaire du client par exemple).
Pour fournir des informations importantes pour le consommateur (confirmation de rendez-vous, date de livraison, disponibilité d’un produit en magasin ou Service Après Vente)
Pour gérer une communication de crise : en cas d’évènements imprévus, le SMS permet de communiquer rapidement et dans l’urgence.

Le SMS Marketing en chiffres

  • 65% des ventes de mobiles sont des smartphones.
  • 51 milliards de SMS ont été échangés en France au premier trimestre 2013.
  • 95% des SMS commerciaux sont lus par leurs destinataires, des résultats impressionnants.
  • 20% des mobinautes ayant reçu un SMS promotionnel ont déjà cliqué sur un lien commercial.
  • 40% des personnes équipées de mobiles sont intéressées par la réception de SMS purement commerciaux.

Une solution SMS Marketing pour les professionnels

Je vous en parlais en introduction, il existe une solution professionnelle pour envoyer des SMS… Sarbacane Software, éditeur de la célèbre solution d’emailing Sarbacane, a créé une nouvelle start-up, Primotexto, qui propose  une solution SMS innovante à destination des TPE et PME.

C’est un outil de création et d’envoi de SMS très simple à utiliser qui réinvente totalement le SMS Marketing. Primotexto rend le canal SMS plus interactif avec le Rich Message optimisé pour l’affichage mobile, en allant au-delà des 160 caractères grâce au Rich Media : texte illimité, image, vidéo… En plus, Primotexto garantit un taux de livraison optimal à ses utilisateurs. Autres points forts de l’outil, celui-ci donne la possibilité de créer une landing page optimisée pour le mobile et propose le tracking des liens contenus dans le message. Primotexto est le seul outil français permettant aux utilisateurs d’avoir un suivi comportemental complet. L’analyse des statistiques peut être très poussée, puisqu’il est possible de mesurer l’impact d’une campagne SMS sur le trafic de son site internet, grâce à une passerelle entre Primotexto et Google Analytics.

Quelques mots de Mathieu Tarnus, Directeur Général de Sarbacane Software :

Grâce à Primotexto, nous proposons aux TPE/PME un canal de communication efficace correspondant aux consommateurs qui se trouvent de plus en plus souvent en situation de mobilité. Avec le développement de ce produit, nous offrons des solutions multicanales aux entreprises qui souhaitent communiquer simplement et efficacement.

L’infographie SMS Marketing par Primotexto de Sarbacane

Imaginée par Smart & Geek, une agence social media et mobile, cette infographie met en avant les résultats d’une étude réalisée auprès de 120 annonceurs avec Limelight Consulting, une société d’études et de conseil. Les personnes interrogées chez ces annonceurs sont des DG, directeurs marketing, directeurs communication, responsables digitaux…

Ce qu’il faut retenir : la moitié des annonceurs interrogés considèrent que le social media est une « alternative anti-crise » dans leur stratégie de communication. Comment ? Seulement 50% ? Je suis déçu… Réagissez à cette information en commentaire.

Tous les résultats de l’étude

  • 40% des annonceurs estiment que le social media occupe une place centrale dans leur stratégie de communication.
  • Pour 43%, le social media c’est avant tout Facebook tandis que 19% privilégient Twitter, 10% LinkedIn, 8% Instagram et 6% Pinterest.
  • Les objectifs des annonceurs sur le social media : optimiser la notoriété de leurs marques (92%), développer leur communauté (88%) et générer du trafic sur leur site (77%).
  • 64% pensent qu’il faut une meilleure intégration du social media dans la stratégie de communication.
  • 50% des annonceurs souhaitent une meilleure analyse des attentes de la cible pour optimiser l’efficacité de ce canal.
  • 33% des entreprises interrogées ont déjà intégré une approche gaming à leurs pratiques social media.
  • Pour 29% des annonceurs, le budget social media est supérieur à 150 000 euros.

L’infographie : Le Social Media, l’arme anti-crise ?

Voici les résultats de l’étude présentés sous la forme d’une infographie et retrouvez l’étude complète sur le blog de Smart & Geek dans quelques jours.

Je vous présente les Ateliers du Webmarketing, un nouvel événement web qui se déroule toute la journée à la CCI de Lille, uniquement réservé aux professionnels, Chef d’entreprise, Créateur de startup, Directeur commercial et marketing, Community Manager…

Entièrement gratuit, il est organisé par la CCI Grand Lille et les Editions Kawa, célèbre éditeur de livres orientés web. Tous les intervenants sont des auteurs des livres publiés chez Kawa, ce sont, bien évidemment, des experts dans leurs domaines respectifs. L’objectif annoncé par les organisateurs est le suivant : « donner toutes les clefs pour réussir votre business digital en 2014. »

Le principe des Ateliers du Webmarketing

  • Un format d’intervention court et participatif : 30 minutes par thème suivit par un échange direct et personnalisé.
  • Une sélection des thématiques essentielles pour le Marketing et l’e-commerce d’aujourd’hui et demain que les entreprises doivent maîtriser.

Le programme des Ateliers du Webmarketing

Le programme complet est visible sur le site, j’ai sélectionné pour vous 5 ateliers à ne pas manquer :

  • 9h30-10h : « La marque face à la révolution client – Les nouveaux piliers du Marketing » par Yan Claeyssen
  • 10h-10h30 : « La communication digitale expliquée à mon boss » par Hervé Kabla
  • 11h30-12h : « Business is digital » par Emmanuel Fraysse
  • 14h30-15h : « L’innovation à l’ère des réseaux sociaux » par Brice Auckenthaler
  • 16h-16h30 : « Managers, Parlez numérique» par Olivier Cimeliere

Rendez-vous ce jour à la CCI Grand Lille – Salle des Séances (Place du Théâtre à Lille), et n’oubliez pas de réserver vos places. Je suis présent à cet événement, faites moi signe sur Twitter (@camj59) si vous souhaitez me rencontrer !

Suivez les échanges sur Twitter : #KawaDay


SoKorpo est un outil destiné aux entreprises qui souhaitent être visibles sur les réseaux sociaux via leurs collaborateurs. Autrement dit, il est possible, avec cet outil, de les inciter à partager des contenus diffusés sur les réseaux sociaux de l’entreprise.

Quel intérêt me direz-vous ? L’outil permet de profiter du pouvoir de recommandation important des collaborateurs d’une entreprise et ainsi les placer au centre de la stratégie digitale de celle-ci. Plus l’entreprise sera grande (avec de nombreux collaborateurs), plus l’outil sera intéressant…

Voici quelques chiffres qui expliquent pourquoi les collaborateurs ont un pouvoir viral important :

  • Ils sont ultra connectés : plus de 80% sont membres d’au moins un réseau social.
  • Ils disposent d’un important réseau : en moyenne 200 contacts par individu.
  • Ils sont influents : 94% de leurs contacts sont à l’écoute de leurs recommandations, quand ils sont seulement 14% à croire en la publicité.

Les co-fondateurs de la startup, Alexandre Oberti, Grégoire Charles et Mathieu Lemaire, ont imaginé une plateforme très simple à utiliser ! J’ai pu tester SoKorpo et je vous livre mes impressions dans cet article.

SoKorpo, comment ça marche ?

Les collaborateurs connectent leurs comptes sociaux, Facebook, Twitter, YouTube et LinkedIn et accèdent aux actualités publiées sur les pages de leur entreprise. Ils peuvent ensuite participer, liker ou commenter directement depuis l’interface. Objectifs : créer de l’engagement sur les contenus sociaux de l’entreprise, augmenter son edgerank et la portée organique/virale des messages.

Pendant ce test, j’ai eu accès à un compte démo basé sur les pages SoKorpo, voici à quoi ressemble cette partie « Actualités » :

En participant, ils gagnent des Korpos, la monnaie virtuelle du site qu’il convertissent en cadeaux dans la Boutique…

Intéressons nous maintenant à une fonctionnalité plutôt ludique nommée « Challenges ». Les entreprises challengent leurs collaborateurs, par exemple ici, le challenge consiste à faire découvrir la nouvelle version du site SoKorpo à un maximum de contacts. En participant, les collaborateurs gagnent également des Korpos… (Voir ci-dessous)

Les Challenges permettent de solliciter le réseau des collaborateurs en partageant les opérations marketing de l’entreprise et en y apposant une recommandation. Objectifs : générer des clics et des conversions/leads pour l’entreprise.

Les autres fonctionnalités disponibles sont plutôt sympas : une rubrique « Classements » qui permet d’accéder au classement en Korpos des utilisateurs, un classement général, un par thématique, par semaine ou par mois.

Et la « Boutique » déjà citée sur laquelle on peut acheter différentes choses grâce aux Korpos, des cadeaux proposés par l’employeur ou par SoKorpo directement. Il est par exemple possible de « payer » en Korpos pour un café avec un collaborateur ou une partie de ping-pong avec un autre.

SoKorpo, un outil efficace : quelques chiffres

Pour vous convaincre de l’utilité de l’outil, voici quelques chiffres intéressants sur le taux d’inscription des collaborateurs, la hausse des actions sociales réalisées, la portée des comptes sociaux et la hausse des partages de liens par les collaborateurs des entreprises.

Disponible depuis le mois de juin, l’outil a déjà convaincu de belles entreprises comme Endemol, TradeDoubler ou Groupon, les écoles de commerce sont également fortement intéressées par le concept. Je pense que cet outil peut vraiment aider les Community Managers et responsables social media à mobiliser l’ensemble des collaborateurs. Ayant été confronté à ce type de problématique, je suis pleinement convaincu par l’intérêt d’une plateforme comme SoKorpo. Je vais même aller jusqu’à le recommander auprès d’entreprises qui souhaitent éduquer leurs équipes et les aider à pratiquer une bonne communication sur les médias sociaux.

Attention, avec cet outil, les collaborateurs auront normalement envie de participer davantage à la communication corporate mais il ne faut pas qu’ils partagent tous les contenus corporate, qu’ils likent tous les posts Facebook, qu’ils tweetent toutes les informations issues du compte de l’entreprise, etc… ce ne serait pas une bonne chose, le risque est de fatiguer leur réseau, amis et followers !

Envie de tester SoKorpo ?

En résumé, l’outil est pratique, accessible sur tous les supports, ordinateur, tablette et mobile; il est également facile à prendre en main avec, si besoin, un accès à un tutoriel qui explique son fonctionnement. SoKorpo propose également des statistiques d’utilisation grâce un reporting très complet.

Sachez qu’une nouvelle version de SoKorpo sort à la fin du mois avec de nombreuses fonctionnalités supplémentaires… Pour vous inscrire et demander une démonstration, rendez-vous sur le site sokorpo.com.

 

Quand Mounira Hamdi m’a proposé de participer à l’écriture d’un livre sur les bad buzz, je n’ai pas hésité longtemps car aujourd’hui, la gestion de ces « crises » sur les médias sociaux est devenue un enjeu important pour les marques. Ce livre répond aux principales problématiques liées aux bad buzz : Comment soigner son image et gérer une crise en ligne ? Comment la marque doit-elle réagir face aux propos virulents d’une communauté mécontente sur les médias sociaux ?

Ecrit par Mounira Hamdi et Anthony Babkine, le livre « Bad Buzz – Gérer une crise sur les médias sociaux » est composé de parties théoriques, de cas pratiques et de témoignages d’experts de la communication et du digital. Citons Nicolas BordasOlivier Cimelière, Audrey Fleury, David Fayon, Marina Tymen, Flavien Chantrel, Christophe Ginisty, Cyril Rimbaud, Thierry Moussu.

La couverture du livre :

Ma contribution :

Les 10 conséquences directes d’une action de communication par un blogueur influent 

Aujourd’hui, la majorité des discussions sur les marques n’ont pas lieu sur leurs sites. Les consommateurs utilisent les médias sociaux, c’est à dire les blogs, mais également les réseaux sociaux pour trouver des informations et pour donner leur avis. Les internautes apprécient de pouvoir lire les avis de blogueurs « influents » sur les marques et envisagent parfois d’acheter des produits sur la base des recommandations trouvées sur leurs blogs.

Comment les marques peuvent donner envie aux blogueurs de parler d’elles ? Comment « influencer » les blogueurs influents ? En leurs donnant des informations pertinentes, des contenus à forte valeur ajoutée, des exclusivités ou encore en payant les blogueurs pour des articles sponsorisés.

Intéressons-nous maintenant au pouvoir du blogueur « influent » sur la vie d’une marque et sa communication digitale. Quelles sont les 10 conséquences d’une action de communication par un blogueur « influent » sur une marque ?

1. Influencer une communauté

Le blogueur via son principal outil de communication, le blog, exerce parfois une certaine influence dans son domaine, il donnera peut être l’envie aux autres blogueurs d’en parler. Ces derniers vont traiter le même sujet, retravailler l’information, l’analyser, la commenter, la diffuser. Un article d’un blog « influent » facilite donc la propagation de l’information au sein de la blogosphère.

2. Jouer le rôle de véritable « relai média »

Le blogueur peut parfois être perçu tel un mégaphone. En quelques minutes, il va propager l’information sur le web et bien évidemment sur les réseaux sociaux, auprès de son audience (followers et fans). L’information se propage facilement via Facebook et Twitter auprès des lecteurs,  potentiels consommateurs d’une marque.

3. Avoir un impact direct sur l’e-réputation de la marque 

Parlons d’e-réputation puisque les blogueurs proposent des contenus positifs ou négatifs sur la marque. Les marques n’entrent pas tout le temps en contact avec le blogueur, c’est pourquoi les contenus diffusés ne sont pas maîtrisés. Ils peuvent nuire fortement à l’e-réputation de la marque.

4. Obtenir des backlinks pour générer du trafic

En citant la marque dans son article, le blogueur « influent » créé du trafic vers son site web. La mise en place de rétroliens (backlinks) amène donc du trafic direct vers le site de la marque.

5. Avoir des impacts sur le référencement 

De par leur audience, les articles des blogueurs se positionnent souvent très bien dans les résultats des moteurs de recherche car ils sont bien optimisés et bénéficient du PageRank important de « l’influenceur ». Ce bon référencement vient souvent impacter et devancer le référencement naturel de certaines pages de l’entreprise. Le contenu des blogueurs est parfois plus visible que le contenu de la marque sur les moteurs de recherche.

6. Ecouter les feedbacks blogueurs

La marque recueille des feedbacks à travers l’avis exprimé par le blogueur dans l’article. Elle a tout intérêt à être à l’écoute des remontées du blogueur « influent » et lui faire un retour direct. Le blogueur aura peut être envie de mettre à jour son article en citant la réponse de la marque.

7. Considérer les feedbacks consommateurs

Le blogueur donne son avis mais pas uniquement. Les internautes qui visitent le blog et lisent l’article auront envie de le commenter et de donner un avis à leur tour. La marque a tout intérêt à prendre en compte ses avis pour la suite et pourquoi pas, réagir en fonction de certaines remarques constructives de consommateurs potentiels.

8. Humaniser la marque 

En cas de crise, le blogueur « influent » a également la possibilité d’humaniser une marque en donnant la parole à un responsable. L’interview est un type d’article très apprécié par les marques dans la mesure où elles maîtrisent pleinement son contenu. Humaniser une marque permet d’améliorer son image et d’apporter une certaine forme de transparence.

9. Convertir le blogueur en ambassadeur de marque

Le blogueur entretient dans certains cas, une relation pérenne avec une marque, il parle régulièrement de ses produits, de ses opérations et bien d’autres. Notez que la relation blogueur/marque peut être entretenue bénévolement ou non, avec des dotations produits, des invitations VIP, une rémunération… La marque doit cependant savoir lier des partenariats avec les blogueurs sans donner l’impression «de les acheter».

10. Avoir un impact potentiel sur le chiffre d’affaires de la marque

Il existe un risque majeur d’une action de communication d’un blogueur dit «influent» sur la marque : l’impact potentiel sur le chiffre d’affaires de cette dernière. Cet impact est difficilement mesurable mais clairement identifié comme risque potentiel par les marques.

Acheter ce livre

Grâce à ce livre qui pose les bonnes questions, vous aurez toutes les cartes en main pour gérer un bad buzz sur les médias sociaux. Il est disponible dans toutes les librairies et sur le web, vous pouvez par exemple le trouver à la Fnac.